Le grand écart

Le grand écart. 

 

     Durant ces dernières semaines d’agitation électorale, d’enthousiasme, d’espérance ou de déception, beaucoup d’entre nous ont eu la chance de vivre sous pression. Oui, la chance, car rien n’est pire que ne rien vouloir ou ne rien redouter : être sans, sans colère, sans rêves, sans combat.

     J’ai été frappé ces jours-ci par le peu d’intérêt, voire l’absence totale d’intérêt, suscité par le 1er avril. Pour en avoir vécu quelques autres…j’éprouve, cette année, la sensation d’avoir été privé de cette célébration traditionnelle. La presse dans laquelle j’ai évolué une grande partie de ma vie rivalisait d’imagination pour rapporter le plus gros ou le plus drôle des canulars. Pas un média n’y échappait… Avec notre pouvoir d’achat, aurions-nous aussi perdu notre pouvoir d’imaginer, de rire et de nous moquer de nous–même ? Il faut le croire, ce qui ne signifie pas qu’il faille s’y résoudre.  On est foutu, non parce qu’on mange trop, comme  chantait Carlos, mais parce qu’on accepte trop, parce qu’on s’abrutit trop, parce qu’on croit trop n’importe quoi, parce qu’on a trop peur de perdre son boulot, sa télé, sa bagnole et ses vacances… Qu’est-ce qui nous fait encore courir ? Courir, mais on ne coure plus Monsieur !  Alors, c’est vrai: on est foutu. On va devenir con. Peut-être même que c’est déjà trop tard.

     Les sujets ne manquent pourtant pas : Ingrid Bétancourt, en train de mourir dans la jungle colombienne ; les jeux olympiques où on a déjà gagné l’épreuve du grand écart, entre vendre aux Chinois tout ce qu’ils vont consommer dans les prochaines années et protester quand même, un peu, mais pas trop, contre les violations des Droits de l’Homme, l’oppression et les violences faites aux Tibétains. La Tchétchénie. Et les sans abris, et les sans papiers, et les sans boulot, et les sans personne…

     Avec 400 visites par jour, le Blog dans tout ça, a démontré sa raison d’être, quasi son utilité sociale, mais attention, il ne suffit pas de le lire, faut-il encore y prendre part. Comme les Jeux, l’essentiel est d’y participer. Allez ! Debout les damnés de l’Inter! Parlez de vos passions, du jardinage, du vélo, de la photo, de politique, de cuisine, de cinéma… Partagez bon sang !

     De mon côté, je vais tenir mon engagement en « attaquant » l’Abbé Vachère. Il n’est pas sûr du tout que ça plaise à tout le monde, mais heureusement ce n’est pas mon but. Je me contenterai de plaire à certains, en espérant très fort que ces certains-là se multiplient au point de devenir une bonne part de tout le monde… Le grand écart, vous disais-je !   (jpj) contact:  jeanpierrejeannin@msn.com 

 


One response to “Le grand écart

  • Caiçara

    Ola, tu és le bienvenu dans mon espace. Ici la musique est belle et les thèmes trés interessants.Bjs de Caiçara

%d blogueurs aiment cette page :