Deux livres pour Mirebeau.

   Mirebeau vaut bien deux livres. La preuve en est irréfutable : ils existent.

    Une partie du public ne s’y est point trompée qui a d’emblée décidé d’acheter les deux. Les deux ouvrages ont en effet en commun -outre leur intérêt évident pour notre patrimoine- d’être parfaitement  édités, rédigés et illustrés. S’agit-il donc d’un doublon ?  Que nenni !

    D’abord, Braves Gens, aucun risque de les confondre. Le petit, chronologiquement le premier, se glisse dans la poche arrière d’un Jean’ et s’emporte avec soi dans le dédale des rues mirebalaises. « Mirebeau, itinéraire du patrimoine » (textes de Denis Meunier, photos de Christian Rome) est un guide de visite luxueux, qui nous prend par la main pour nous faire découvrir successivement  le Mirebeau religieux, l’Architecture civile, le Mirebeau fortifié et les environs immédiats du village. Il contient une foule d’informations rares et propose des itinéraires aussi intelligents que distrayants.

    L’autre, « Le Mirebalais, passé et présent », écrit par Gérard  Simmat et très abondamment illustré de cartes postales anciennes (« remarquablement restaurées »… suivez mon regard…) appartient à ce qu’il est convenu d’appeler la catégorie des beaux livres. Sa place est davantage sur la table du salon que dans la sacoche de votre vtt.

    Surtout, il s’attache aux gens plus qu’aux pierres. On y retrouve ses photos de classe, les commerçants de son enfance, les noms des médecins, des garagistes et des coiffeurs… L’histoire des hommes en somme.

   Comme on nous l’a appris à l’école, «thèse, antithèse et conclusion », je dirai donc pour conclure que le choix dépend essentiellement de vous. Si vous êtes mirebalais d’adoption, installés ici depuis un an, dix ans, voire plus, offrez-vous sans hésiter le très joli petit bouquin de Denis Meunier. Il vous aidera à découvrir un Mirebeau que vous ne connaissez sûrement pas et vous le fera aimer davantage encore.

    Si, en revanche, vous êtes né ici, il y a 30, 40, 50 ans, ou plus, si vous avez acheté vos premières cigarettes chez Mme Ballu, échangé vos premiers baisers sur les promenades,  usé vos tabliers gris d’écoliers à l’époque des capelines et des semelles en bois, si vous avez connu le Mirebeau aux 26 cafés et que vous vous souvenez du tambour du garde champêtre… Alors n’hésitez pas à vous plonger dans  le Mirebalais de Gérard Simmat.

   C’est peut-être passéiste, mais il est bon parfois de se faire un peu mal à la mémoire. (jpj)

    (

  


One response to “Deux livres pour Mirebeau.

  • jean-pierre

    Bonjour,
    Je trouve votre Blog très intéressant. Cela doit demander énormément de travail et de temps.
    En tout cas bravo et merci infiniment d\’avoir cité mon modeste ouvrage sur le Mirebalais.
    A bientôt. Cordialement.
    Gérard Simmat       (10-02-2007 à 16:54)
       

%d blogueurs aiment cette page :